La Loi Pinel, une intéressante niche fiscale

Les contribuables français ont la possibilité de bénéficier de nombreuses niches fiscales. Les plus courantes sont celles liées à l’investissement. L’Etat récompense la prise de risque prise par l’investisseur en lui octroyant une réduction d’impôt. La loi Pinel en fait partie. Ce dispositif de défiscalisation concerne les investissements immobiliers réalisés entre septembre 2014 et décembre 2017.

Comment profiter de la défiscalisation Pinel

Pour bénéficier de cette niche fiscale, il faut que vous investissiez dans l’immobilier locatif. Le bien que vous achetez doit être neuf ou en l’état futur d’achèvement et se trouver dans une des zones éligibles au dispositif. De nombreux programmes de construction voient ainsi le jour au sein de ces secteurs tendus en matière de rapport offre-demande. Il ne sera donc pas difficile de trouver un bien dans lequel investir en Pinel. Ces logements doivent par ailleurs respecter des normes énergétiques et être loués non meublés, à titre de résidence principale.

Défiscalisation loi Pinel

L’avantage fiscal se calcule ensuite en fonction de montant investi et de la durée de mise en location :

L’investissement ne doit pas dépasser 300 000 € par an. Deux logements peuvent être concernés au maximum, selon un prix du mètre carré plafonné à 5 500 €.

Déclaration d’impôt et niche fiscale

Lors de votre première déclaration d’impôt sur le revenu en loi Pinel, vous devrez préciser la durée de location pour laquelle vous vous engagez. Comme elle appartient aux niches fiscales en cours, l’avantage auquel elle donne droit ne doit pas dépasser les 10 000 € par an. C’est pourquoi, si vous bénéficiez d’autres niches, vous devrez calculer correctement votre réduction d’impôt en loi Pinel afin que celle-ci soit optimale. N’hésitez pas à utiliser des simulateurs en ligne et à profiter de conseils de professionnels de l’immobilier et de la fiscalité.